sept 21

La marche pour le climat, c’est maintenant!

LIVE!
http://peoplesclimate.org/

A la veille du sommet du le climat, en ce moment et  dans le monde entiiiiiiier,
a lieu le PLUS GROS rassemblement jamais réalisé pour attirer l’attention des pouvoirs publics et privés.

Les gens marchent dans la rue pour:

*un air respirable! Marre des pics de pollution et des allergies qui ont fait 7 millions de morts en 2012.
*des emplois crées avec un plan écologique, qui créerait entre 50 000 et 100 000 emplois pour certain(e)s politicien(ne)s.

marche climat

Bon allez…je vais t’aider en faisant une zolie illustration, Coral.


marche climat 2

marche climat 3

Avec en bonus, l’illustration de Foyaland qui m’a fait découvrir ce mouvement (dat manque de clarté en France!!!!!!)

1
comments

sept 21

Certaines chansons devraient être remboursées par la Sécurité Sociale (1)

Quelques fois, des chansons et des clips nous bouleversent, par l’association des paroles, de la mélodie et de l’image.

*sort les lunettes et la blouse*
Aujourd’hui les zamis, nous allons nous attarder un peu sur la chanson Spaceman du groupe The Killers.

Ecoutons et regardons le clip en question, je vous prie:




Ca bouge là-dedans. On dirait une rave-party organisée par Michou et Nicky Minaj. Et à priori… ça n’a aucun sens!

Voyons si on y capte quelque chose avec les paroles….. @_@
La traduction est de moi, mais n’hésitez pas si vous voyez des fautes.

It started with a low light / Ca a commencé avec une lumière faible
Next thing I knew they ripped me from my bed / Tout ce que je sais ensuite c’est qu’ils m’ont arraché de mon lit
And then they took my blood type / Et puis ils ont pris mon groupe sanguin
It left a strange impression in my head / Ca a laissé une impression bizarre dans ma tête

You know that I was hoping / Tu sais que j’espérais
That I could leave this star-crossed world behind / Pouvoir laisser ce monde maudit derrière moi
But when they cut me open / Mais lorsqu’ils m’ont ouvert à vif
I guess that changed my mind / J’imagine que j’ai changé d’avis

And you know I might / Et tu sais, j’ai probablement
Have just flown too far from the floor this time / Volé un peu trop loin du sol cette fois-ci
‘Cause they calling me by my name / Parce qu’ils m’appellent par mon prénom

And they’re zipping white light beams / Et ils font flasher des rayons de lumière blanche
Disregarding bombs and satellites / Sans tenir compte des bombes et des satellites
And that was the turning point / Et c’était le tournant décisif
That was one lonely night… / C’était une nuit bien solitaire…

Refrain:
The star maker says « It ain’t so bad » / Le faiseur d’étoiles dit « Ce n’est pas si terrible »
The dream maker’s gonna make you mad / Le faiseur de rêves va te rendre fou
The spaceman says, « Everybody look down »! / L’astronaute dit « Vous tous, regardez en bas! »
« It’s all in your mind » / « C’est tout dans votre tête »

Well, now I’m back at home and / Eh bien je suis revenu à la maison et
I’m looking forward to this life I live / J’attends de voir cette vie que je vis
You know it’s gonna haunt me / Tu sais que ça va me hanter
So hesitation to this life I give / Alors je montre de l’hésitation envers cette vie

You think you might cross over / Tu penses que tu pourrais traverser tout ça
You’re caught between the devil and the deep blue sea / Tu es pris entre le diable et les profondeurs des mers
You better look it over / Tu ferais mieux de voir plus loin
Before you make that leap / Avant de faire ce bond

And you know I’m fine / Et tu sais, je vais bien
But I hear those voices at night / Mais j’entends ces voix dans ma tête le soir
Sometimes they justify my claim / Quelques fois, elles justifient ma demande

And the public don’t dwell on my transmission / Et le public ne s’appesantit pas sur ma transmission
‘Cause it wasn’t televised / Parce que ce n’était pas télévisé
But it was the turning point / Mais c’était le tournant décisif
Oh, what a lonely night! / Oh, quelle nuit solitaire!

Refrain (x 2)

My global position systems are vocally addressed / Mon GPS est vocalement assisté
They say the Nile used to run from east to west / Il dit que le Nil coulait de d’Est en Ouest
They say the Nile used to run from east to west… / Il dit que le Nil coulait d’Est en Ouest…

I’m fine but I hear those voices at night sometimes / Je vais bien mais j’entends ces voix la nuit, quelques fois…

Refrain (x 2)

It’s all in my mind / C’est tout dans ma tête
It’s all in my mind / C’est tout dans ma tête



3395994273b869552cdd5c51fff5ab6a

Le chanteur Brandon Flowers posant dans son costume (avec, pour info, son fils dans les bras)

En général, une chanson des Killers est toujours assez compliquée. Mais avec le clip, les paroles prennent un sens que j’ai pu lire à de très nombreuses reprises: le texte parle d’une personne qui a tenté de se suicider, parce qu’elle est atteinte d’un trouble mental plus ou moins temporaire et / ou lourd.

Dans ce contexte, le clip paraît soudain extrêmement travaillé. Voici pourquoi:

-Le décor représente l’esprit du narrateur: une tour tantôt vide avec une tête de mort géante, tantôt pleine de trucs bizarres et flamboyants.
-Le narrateur est celui qui chante: le cascadeur rouge emplumé. C’est une personnalité excentrique mais assez réservée, au fond.
-On le voit naviguer dans son cerveau où c’est un peu confus, là aussi. Quelques fois ça danse, quelques fois ça s’énerve. Mais il n’y a jamais aucune interaction avec aucun des protagonistes…
Même entouré, même dans sa propre tête, le narrateur est seul.

Au premier abord, on se demande si le héros s’était fait enlevé par des extraterrestres. C’est la métaphore de l’espace qui fait comprendre cela au premier degré. Mais pourquoi avoir choisi l’espace? Eh bien même en français, on dit « Allô la Terre? », qu’on « vient d’une autre planète » ou qu’on est « dans la Lune », lorsqu’on a des difficultés à rentrer dans les activités sociales. Le monde de l’espace paraît donc idéal pour décrire notre narrateur perturbé.

Killers_day_age

Ca peut être aussi la manière dont il perçoit son expérience, à travers les rideaux opaques et embrumés de son esprit (They say the Nile used to run from east to west / Il dit que le Nil coulait de d’Est en Ouest: le Nil coule du Nord au Sud). Cela permet aux paroliers de raconter une grande souffrance de manière cachée.

Pour le refrain, voici comment on peut voir les choses:

-le spaceman (astronaute) serait le chef en blanc, venu sur la planète du narrateur: il pourrait s’agir du psychiatre lui assurant que tout est dans sa tête.

-le star maker (faiseur d’étoiles) et le dream maker (faiseur de rêves) seraient des personnes optimistes, des amis ou des psychologues, le poussant aux rêves et au futur. Lorsqu’elles lui disent que ce n’est pas si grave (it ain’t so bad), cela le rend presque fou (gonna make you mad) parce que sa souffrance n’est pas vraiment prise en compte. C’est en effet plus facile à dire qu’à faire…


Le moment du clip qui m’a convaincu de cette interprétation de la chanson vient lorsque le narrateur dit: And you know I’m fine but I hear those voices at night sometimes…C’est le rappel en plus court du vers: And you know I’m fine but I hear those voices at night sometimes, they justify my claim.

InyourMind1jennsdoublen
Art par Jennsdoublen


Et c’est cette suggestion qui rend la chose d’autant plus triste. A ce moment là dans le clip, le narrateur est réellement seul, tous les danseurs ont disparu de notre vue. Seul demeure le crâne immense et doté de deux cornes, qu’on peut interpréter comme le symbole de sa dépression. Cela souligne bien que l’auteur de cette rave-party est le narrateur, puisque les danseurs apparaissent ou disparaissent selon la tournure de ses pensées. Par contre, dans un coin de sa tête, le crâne fait toujours partie du décor.

Le narrateur nous avertit: il dit qu’il faut bien considérer les choses avant de faire ce saut vers l’inconnu (« You better look it over before you make that leap ») parce que sa tentative va le hanter toute sa vie (« You know it’s gonna haunt me »).

« You know I’m fine » (vous savez, je vais bien) ainsi que les deux dernières phrases: « it’s all in my mind » (c’est tout dans ma tête) démontrent que le narrateur a plus de recul sur lui-même. Il n’a plus besoin des faiseurs de rêves, d’étoiles ou du psychiatre pour le lui dire, il le sait. On peut donc espérer que ce personnage soit sur le chemin de la rémission. Cette chanson devient alors positive tout en étant extrêmement réaliste; et  c’est ce réalisme qui permet aux auditeurs adolescents et adultes de comprendre le message de manière très claire.

dianna-agro-imitando-a-flowers-en-spaceman

Dans Just another Girl, Dianna Agro évoque le mythique Spaceman.

Ce clip et cette chanson devraient être remboursés par la Sécurité Sociale, parce qu’à mon avis, on a trop vite fait de condamner les gens en dépression ou / et avec des troubles mentaux passagers.

Cela permet de se mettre dans leurs chaussures, et de compatir ne serait-ce qu’un peu au lieu de les dénigrer.

Ce n’est pas facile, c’est certain; et c’est en ça que je trouve cette chanson et ce clip brillants.

0
comments